Plateau de la Chaudanne

La Chaudanne

Méribel - Centre

73550 Méribel

Description

Pas peur. En ces temps bousculés, on ne pouvait imaginer meilleur titre d’album.

Pourtant, Lucie, Elisa, et Juliette ont peur, comme tout le monde. Mais ce qu’elles craignent, c’est surtout de se perdre.

Car L.E.J, ce n’est pas seulement une histoire de musique mais aussi un roman d’amitié. Nées entre août et novembre 1993, Lucie, Elisa et Juliette ont grandi dans le même immeuble de Saint-Denis. La musique, elles l’ont appris en même temps, au Conservatoire.

Elisa et Lucie ont été élèves à la Maîtrise de Radio France, Juliette a continué au Conservatoire de Saint Denis avant de former L.E.J en 2013, dans le cadre d’un concours qui permet de monter sur scène.

Elles gagnent, se produisent en live et se découvrent bêtes de scène. Elles jouent aussi bien dans les salles les plus emblématiques de la capitale, de l’Olympia à la Cigale que dans les festivals à très large public. La suite, on la connaît : un succès fou couronné par une

Victoire de la Musique en 2017 (Révélation scène), par leurs reprises des tubes de l’été, un premier album, En attendant l’album, et un deuxième disque de compositions originales,

Poupées russes. Au saxo et au chant, Lucie. Aux percussions et au chant, Elisa. Au violoncelle et à la basse, Juliette. La partition, ces multi-instrumentistes la tiennent à six mains.

Aujourd’hui, elles reviennent avec Pas peur. L’accomplissement de cinq années dans le métier, de deux décennies à faire de la musique, et un quart de siècle à être amies. Entre elles, rien n’a changé, hormis qu’elles passent plus de temps ensemble, qu’elles se disputent et se réconcilient plus encore, et qu’elles ont envie de livrer un peu de cette intimité partagée.

Elles n’ont d’ailleurs pas pu se résoudre à habiter trop loin les unes des autres…

Le trio formé par L.E.J a vécu le rythme infernal des tournées, suivi de moments plus contemplatifs où les trois filles en ont profité pour composer. Le groupe a pris en maturité, aussi, après des débuts providentiels et explosifs. En 2020, Lucie, Elisa, et Juliette restent exigeantes avec elles-mêmes, formation classique oblige, tout en décidant de lâcher prise. De travailler avec d’autres personnalités, d’autres visions, de se constituer une garde rapprochée afin de s’ouvrir à une variation de genres sonores. Être entourées, mais pas trop non plus, juste pour avoir le recul nécessaire.

Ce qui s’entend sur Pas Peur, subtil compromis entre leurs exigences personnelles et les attentes d’un large public. Ici, les voix comptent, en solo ou en chœurs.

C’est un disque féminin, sensuel, parfois sexuel, qui se donne à écouter. Dans cette époque où les femmes peuvent enfin parler de ce dont elles ont envie, droit octroyé à leurs homologues masculins depuis longtemps. L.E.J prend la parole, librement et naturellement, pour raconter les désirs, les rêves et les accomplissements d’une génération de femmes fortes et indépendantes. Sans pour autant se priver de leurs fous rires : leur humour piquant se ressent tout au long de Pas Peur.

Lucie, Elisa et Juliette se nourrissent du contexte actuel comme de leurs propres confidences, font appel à leur amie Chilla pour l’hymne Girl Power de « Toucher Couler »…

Mais pas seulement : autour d’elles, Ozarm, partie intégrante de L.E.J depuis le début à l’écriture des textes, les compositeurs / beatmakers Greg K, Fleetzy, Zak, Duane Charly et Salah le Magicien, Youssoupha, le rappeur marseillais Kemmler, les auteurs compositeurs Said El Hajji et Fabien Carlin l’auteur-compositeur Nazim. Leurs points communs : l’humour et la sensibilité. Tous se sont mis au service de Pas peur, dont ils ont saisi l’importance cruciale dans le parcours de L.E.J.

L’album a été confectionné lors de résidences en petit comité au Maroc, en Tunisie, à Paris et dans le sud de la France, sous la houlette de l’ingénieur du son Nicolas Rosemond (Aya Nakamura, Chilla, Shym), qui a veillé à la cohérence de l’ensemble et servi de crash test quant à l’interprétation d’Elisa, Lucie et Juliette. L’enregistrement est DIY, les cabines se tapissent de matelas, et les musiciennes jouent avec une liberté inconnue jusqu’alors. D’où un recueil de chansons intimistes malgré son aspect fédérateur, où L.E.J se permet tout, entre sacré et profane, mélancolie et euphorie, pop et reggaeton, chanson française et culture manga, ballades sentimentales et hymnes dance-floor.

Les influences témoignent également de cette hybridité : Rosalia, pour le pont entre tradition andalouse et pop urbaine, Billie Eilish pour les instrumentations et l’audace des textes, Santigold, pour sa capacité à mixer passé acoustique et présent synthétique, Queen pour les harmonies, Kanye West et James Blake pour leur liberté artistique, Brel et Barbara pour la résonance des mots.

Ainsi, on entend de l’électro-pop festive et percussive sur « Paris en Hiver », partagé avec Fakear, de nombreuses variations pop : tribale sur « C’est pas parce que », surdynamitée sur « Pas l’time », latine sur « Tango » .. Sans oublier un duo avec Bigflo & Oli, autre groupe chouchou du public français.

La célébrité change-t-elle les artistes ? Dans le cas de L.E.J, elle n’a affecté ni le ciment de leur amitié, ni leur inspiration, ni leur intégrité. Au contraire, elle a renforcé leurs liens. Pas peur, envers et contre tout !

Tarifs

Gratuit.